Monsieur Sénégal

On les appelle les “tirailleurs sénégalais” et pourtant Amadou Lo, vingt ans, n’est ni l’un ni l’autre. Tirailleur, il ne l’est plus: c’est la fin de la première guerre mondiale et il est démobilisé. Et sénégalais, il ne l’a jamais été. Il rêve de retourner dans sa Guinée natale où, pense-t-il, l’attend sa famille. Seulement le médecin-major Robert Desveaux, qui lui a sauvé la vie, a d’autres projets pour lui: il souhaite faire de son aide de camp, si doux et docile, si secrètement attirant aussi, son chauffeur personnel dans la vie civile. Amadou se retrouve à Miray dans la campagne franc-comtoise où pratiquement personne n’a jamais vu de noir “en vrai”… et, après la guerre, un nouveau combat commence pour lui.
La force de “Monsieur Sénégal”, c’est que sous la douceur apparente du récit… se cache une peinture de la veulerie de l’être humain, toujours ravi d’exprimer sa prétendue supériorité de la façon la plus ostentatoire possible.
Slate.fr - Thomas Messias, 18/08/2022